Carrière oubliée : portrait de Liv Tyler

liv-tyler-15_5495678 

Au cœur de l’industrie parfois ingrate qu’est Hollywood, il n’est pas rare de voir disparaître des acteurs et actrices aux carrières prometteuses. Liv Tyler, connue pour avoir interprété Arwen Undómiel, « The Evening Star », dans la trilogie du Seigneur des Anneaux, fait partie de ces nombreux comédiens qui, après des débuts fracassants, tendent à tomber dans l’oubli général. La faute à quoi ? À un jeu pas assez convaincant ? À des choix trop éclectiques ? Trop élitistes ? La rédaction de Salles Obscures revient sur la carrière (quasi) oubliée de Miss Tyler.

Née en 1977 aux Etats-Unis, Liv Tyler baigne dès son plus jeune âge dans le monde du spectacle et du divertissement. Fille d’une ancienne « playmate » et du leader du groupe de rock Aerosmith, Steven Tyler, la jeune Liv débute en 1994 dans un film d’angoisse indépendant, Silent Fall, suivi 1 an plus tard par Heavy de James Mangold, autre film calibré Sundance. Elle commence à se faire un nom autre que celui d’une énième « fille de » en 1996 avec la comédie That thing you do!, premier film de Tom Hanks sur l’ascension d’un groupe de rock dans les années 1960.

           download

  Beauté volée (1996)

Puis 1996 : la consécration. Le réalisateur italien Bernardo Bertolucci, auteur entre autre d’Un dernier tango à Paris, choisit la jeune starlette pour tenir le premier rôle dans son film Beauté volée, « coming of age movie » dans la veine d’un Call me by your name. Cannes, les lumières, le statut d’icône de jeune fille en fleurs… C’est le début d’une notoriété plus établie. On la verra par la suite dans le blockbuster Armageddon (1998) de Michael Bay, aux côtés de Bruce Willis et Ben Affleck. Un « supporting role » oubliable qui sert en partie à faire comprendre à son agent que l’actrice ne ferme pas la porte aux grosses productions.

download

Armageddon (1998)

En 1999, le réalisateur néo-zélandais Peter Jackson lance le projet pharaonique d’adapter au cinéma et en trois volets le chef-d’œuvre d’heroic fantasy de J.R.R. Tolkien, Le Seigneur des Anneaux. Sortis respectivement en 2001, 2002 et 2003, La Communauté de l’Anneau, Deux Tours et Le Retour du Roi établissent la carrière hollywoodienne de Liv Tyler. Figure romantique de la princesse elfe Arwen Undómiel, transie d’amour pour la personne d’Aragorn (Viggo Mortensen), la saga a eu pour bénéfice de réellement lancer la carrière de la comédienne : mais également d’amorcer une fin de course.

download

La trilogie du Seigneur des Anneaux (2001-2003)

En effet, si les années 90 et le début des années 2000 ont été des années dorées, à partir de 2003, Liv Tyler se fait plus rare sur les écrans. En 2005 elle retrouve Ben Affleck le temps d’un film pour Père et Fille, comédie sensible sur la relation fusionnelle entre un père et sa fille et sa reconstruction auprès d’une vendeuse de vidéoclub jouée par Tyler. L’actrice touche au cinéma de genre avec le thriller horrifique The Strangers en 2008 et retourne la même année au blockbuster avec L’Incroyable Hulk avec Edward Norton.

Les années 2010 ne sont guère plus brillantes pour Liv Tyler, mise à part sa participation à la magnifique série The Leftovers entre 2014 et 2017, créée par Damon Lindelof (LOST) et quelques apparitions sur le petit écran avec la mini série de la BBC Gunpowder aux côtés de Kit « You know nothing » Harrigton ou encore Harlots pour la chaîne Hulu. Deux séries historiques auxquelles la comédienne se prête à merveille. On a récemment pu l’apercevoir au générique du dernier James Gray, Ad Astra, cependant pour un petit rôle.

Comment expliquer cette disparition progressive du monde du cinéma alors que toutes les portes lui étaient ouvertes après Le Seigneur des Anneaux ? Pour répondre en toute objectivité, il semblerait que Liv Tyler ait souhaité se consacrer à sa famille et à ses enfants (Milo, 15 ans, Sailor, 4 ans et Lula 3 ans — il faut croire que madame a été inspirée par David Lynch en prénommant ses deux petits derniers)­. Outre la vie privée de l’actrice qui a potentiellement pu l’éloigner des studios, je pense que si ses débuts ont été portés par des réalisateurs reconnus (Bertolucci, Hanks, Bay), peut-être grâce à son pedigree, la suite de la carrière de Tyler a été trop éparse avec des films peu porteurs. Une prise de risque ? Un manque de chance ? Les talents de l’actrice ne sont pas spécifiquement à remettre en cause, mais simplement les décisions qu’elle a pu prendre.

Quoi qu’il en soit, elle ne s’en porte pas plus mal que Nicole Kidman !

 

Philippine Bouilly

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s