I am easy to find : quand le clip touche au sublime

sans-titre2

I am easy to find, Mike Mills and The National (2019)

C’est les vacances et donc l’occasion de (re)découvrir des musiques qu’on a pas eu le temps d’écouter au milieu des partiels. C’est comme ça que je me suis retrouvée à écouter le dernier album de The National, ce groupe indépendant américain, qui nous pond à chaque album de sublimes mélodies pour des textes poignants. J’ai par la suite découvert le court métrage qui accompagnait la sortie de l’album. Visionné hier soir sur YouTube, je suis toujours sous le charme.

La beauté de la musique et de l’image

Création de The National avec Mike Mills à la réalisation (à la barre du méconnu 20th century women, avec Elle Fanning), I am easy to find est un pur concentré de poésie, aussi bien visuelle qu’auditive.

Tourné en noir et blanc, entrecoupé de fonds colorés, le film raconte en plusieurs sous-titres épars l’histoire d’une femme, interprétée par l’actrice suédoise Alicia Vikander. Les plans s’enchaînent, lents, mélancoliques. La musique, parfois instrumentale, parfois accompagnée de la voix du chanteur, Matt Berninger, nous conforte dans cette ambiance à la fois contemplative et critique. Une forme de cinématographie que l’on pourrait croire inspirée des films de Terrence Malick (mais tout le monde n’est pas d’accord avec moi à Salles Obscures…) où l’homme évolue en symbiose avec la nature.

sans-titre

Le cycle d’une vie

La timeline du court-métrage suit, de sa naissance à sa mort, le personnage d’Alicia Vikander, en passant par tous les aléas et les bonheurs d’une vie.

La particularité du film de Mike Mills est de présenter un protagoniste qui, du nourrisson à l’aïeule, sera incarné par la même actrice. Alors que ses parents, ses amis, son mari et son enfant vieillissent, le personnage d’Alicia Vikander apparaît toujours sous les traits d’une jeune femme de 30 ans. Un concept intéressant qui n’est pas sans rappeler l’histoire de Benjamin Button, adaptée en 2008 par David Fincher avec Brad Pitt et Cate Blanchett.

Un super court-métrage pour un groupe de qualité (bon ok, c’est un jugement très subjectif) et une interprétation ô combien poétique de la part de Miss Vikander. Si vous avez 25min, c’est à voir !

Philippine Bouilly

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s