Good Morning England

Réalisateur / scénariste : Richard Curtis

Avec : Tom Sturridge, Philip Seymour Hoffman, Rhys Ifans, Bill Nighy, Nick Frost et Kenneth Branagh.

Date de sortie : 2009.

Le synopsis est simple, d’une part la joyeuse bande de Radio Rock sur le navire qui abrite la radio pirate et de l’autre le gouvernement qui fait tout pour les renverser. La sobriété du scénario est cependant primordiale dans une œuvre de ce genre qui veut surtout mettre avant ses personnages, ses thèmes et les idées qu’ils représentent.

L’efficacité de Good Morning England réside dans de nombreuses choses et c’est d’abord le décalage entre deux sociétés qui frappe le spectateur. D’un côté il y a donc l’univers de Radio Rock et de l’autre celui du gouvernement anglais incarné par Sir Alistair et Twat. A chacun de ces deux aspects du film est attaché une réalisation spécifique ce qui contribue par ailleurs à l’originalité de l’œuvre.

Sur le bateau qui abrite Radio Rock la caméra tangue au rythme des vagues et la réalisation est saccadée, la plupart des scènes sont de rapides champs contre-champs parfois sans coupure et la caméra favorise des gros plans qui dévoilent très peu l’espace qui entoure les personnages soulignant ainsi parfaitement l’exiguïté du navire. La réalisation attachée aux scènes de Sir Alistair ou Twat est quant à elle beaucoup plus posée. Elle se résume souvent à de larges plans fixe qui laissent apparaitre de vastes espaces que ce soit la maison de Sir Alistair ou bien son lieu de travail.

Le film souligne le décalage entre deux univers dont l’un penche vers le désordre la confusion, le rock n roll, tandis que l’autre est ordonné et montré comme plus froid, plus raisonnable. En faisant cette distinction, le film met en avant l’aigreur et parfois la cruauté du monde de la bourgeoisie en contraste avec l’insouciance et la joie de vivre qui règne sur le bateau de Radio Rock. Le personnage de Sir Alistair est particulièrement froid et calculateur tout comme son associé Twat et ne perdant pas de vue l’aspect comique de l’œuvre, le film s’évertue à les humilier jusqu’à leur nom de famille : Twat étant traduit par Troud’balle.

Good Morning England est ensuite, une constante ode au rock n roll, que cela soit par l’ambiance générale du bateau, les personnages eux-mêmes auxquels on s’attache immédiatement, les couleurs toujours chaudes et bien sûr la BO diégétique qui émane tout droit des antennes de Radio Rock. La musique nous plonge au cœur des années soixante et aux origines de la renommée du genre musical qui perdure encore aujourd’hui. Cette même musique qui fait le tour des émotions que l’on peut être amené à ressentir et qui parvient à les exprimer ainsi le spectateur est à de nombreuses reprises simplement confronté aux états d’âmes des membres de l’équipage, à leur chagrin, leur réconfort, leur peur, leur colère, leur joie… Et ce panel de sentiment est presque personnifié par la musique du film.

Good Morning England est donc une œuvre réalisée avec originalité, un humour bien « british », une bande originale excellente, des acteurs dirigés avec justesse et un scénario qui, bien qu’il soit peu élaboré, permet le développement de chaque personnage et laisse la place d’honneur au thème phare de l’œuvre : le rock n roll.

Gaspar Carré

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s