Top 10 de la Saint Valentin

La Saint-Valentin donne l’occasion aux plus grands penseurs de Salles Obscures de pondre un article à la forme originale et au propos pertinent. Bienvenue sur le Top 10 des films de Saint Valentin.

N°10 : Grease (1978), l’ancêtre d’High-School Musical.

Avant que Troy Bolton (Zac Effron) et Gabriella Montez (Sa copine) ne fassent vibrer l’Olympia, le terme comédie musicale n’était pas péjoratif. Grease, c’est un générique sous LSD, John Travolta sapé comme Elvis, et quelques pistes qu’on écoutait encore dans la voiture en partant dans la résidence secondaire de Normandie.

 

N°9 : Pretty Woman (1990), un film qui ne devrait pas sortir en 2018.

Une prostituée (Julia Roberts) rencontre un bel homme riche et vachement sympa quand on sait que tous les riches sont des salopards (Richard Gere). On rigole un peu de l’ironie de voir l’interprète d’American Gigolo dans ce rôle, puis, après quelques vannes, la fameuse péripétie où ils se séparent pour mieux se remettre ensemble après une ellipse.

N°8 : Love Actually (2003) & Valentine’s Day (2010), Igor & Grishka Bogdanov. 

Un film traditionnel de Saint-Valentin et son petit frère carrément attardé. A voir dans la même soirée, en terminant avec le nanardesque Valentine’s Day, pour s’endormir (bah quoi ?).

N°7 : True Romance (1993), kiss kiss bang bang.

Le scénario est signé par un certain Quentin T., qui nous pond une histoire d’amour dans un monde de gangster, où la blonde pulpeuse n’est pas une greluche à sauver mais le réel héros du récit.

 N°6 : Orgueil et préjugé (1995 / 2004) mais la version de 95 est meilleure hein

Avant Bridget Jones, Elizabeth Bennet. Et c’est pas le même level. Pour les gens bien, qui prennent leur temps, respectent une œuvre, savourez la version de la BBC (ouais on fait les puristes). Pour les autres, eh bien, vous pouvez toujours voir celle de 2004, qui a toujours pour elle d’avoir Kelly Reilly au casting.

 N°5 : Crazy Stupid Love (2011) celui-là est bien.

Emma Stone, Julianne Moore, Steve Carell, Ryan Gosling, Kevin Bacon (j’ajoute Marisa Tomei pour la parité). Voici un autre enfant de Love Actually, mais réussi cette fois. J’aime pas ce genre de formule, mais l’alchimie entre Emma Stone et Ryan Gosling fonctionne à merveille.

 N°4 : La La Land (2017) Tutututu dudududuuuu

On prend les mêmes et on recommence. Pour ceux qui l’auraient manqué l’an dernier, voici l’occasion de faire une session de rattrapage. N’hésitez pas à commencer la soirée par Grease pour abaisser vos attentes.

 N°3 : Casablanca (1942), pour Ingrid

Titan du cinéma, à voir absolument, même en dehors du 14 février. L’amour pendant la seconde guerre mondiale, la résistance, les trahisons, les collabos qui retournent leurs vestes, des enjeux, c’est beau, c’est limpide.

 N°2 : Le Secret de Brokeback Mountain (2005), pour l’ouverture d’esprit.

 « J’adore ce film. La performance de Heath Ledger en Joker est absolument mémorable, Jack Nicholson est très bon aussi ».

Difficile de s’engager sur l’intrigue sans trop en révéler, pour ceux qui ne l’ont pas encore vu, allez-y, c’est une valeur sure.

 N°1 : PSG-Réal (2018), parce qu’il fallait une vanne dessus.

Pensons aussi aux célibataires pour la Saint-Valentin. Sachez qu’il y aura quoi qu’il arrive plus triste que vous ce soir :

Chaque but contre le Real, c’est Zidane qui se ronge les ongles en pensant à son CDD.

Chaque but contre le PSG, c’est Unai Emery qui fait la même chose, sauf qu’il a pas un doublé en Ligue des Champions comme matelas de secours.

 

La rédaction de Salles Obscures

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s