Retour sur la carrière de Guillermo del Toro

Plus que quelques jours avant la sortie de The Shape Of Water, le nouveau film de Guillermo del Toro : c’est l’occasion de revenir sur la carrière de ce grand réalisateur  mexicain ! 

Né en 1964, Guillermo del Toro est plongé très rapidement dans l’univers du cinéma. Dès l’âge de 8 ans, il apprend aux côtés du maquilleur oscarisé Dick Smith. A l’âge de 21 ans, il produit son premier film et fonde le Festival international du film de Guadalajara, festival annuel qui deviendra le plus important d’Amérique Latine.

C’est en 1993 que Guillermo del Toro réalise son premier long-métrage avec Cronos, film d’horreur qui remportera un prix à Cannes.

Il continue dans le genre horrifique avec Mimic (1997) et l’Echine du diable (2001). Le réalisateur mexicain commence à se faire un nom à Hollywood et on lui propose alors de réaliser le troisième volet de la saga Harry Potter. Guillermo del Toro refuse, préférant s’atteler à des projets plus personnels et réalise Hellboy (2004), adaptation du comic du même nom.

Sa carrière est consacrée par Le Labyrinthe de Pan (2006), véritable chef-d’oeuvre qui remportera 3 oscars (meilleure photographie, meilleurs décors, meilleur maquillage) et une standing ovation de 22 minutes à Cannes.

Peter Jackson propose alors à Guillermo del Toro d’adapter sur grand écran Bilbo Le Hobbit, roman de J.R.R Tolkien. Deux ans plus tard, face au manque d’argent, del Toro abandonne le projet mais achève néanmoins les scénarios que Peter Jackson utilisera  pour réaliser la trilogie.

Après avoir réalisé la suite d’Hellboy en 2008, Guillermo del Toro se met en retrait et, pendant 5 ans, ne fait plus que produire des films comme Don’t be afraid of the dark, Mama, Biutiful  (d’Alejandro González Iñárritu) ou encore Kung Fu Panda 2.

En 2013, il revient avec Pacific Rim et enchaine en 2015 avec Crimson Peak.

Del Toro est un réalisateur singulier dont on peut percevoir un style très prononcé dans chacune de ces oeuvres. Fasciné par les monstres, il les met en scène dans pratiquement tous ces films, du vampire de Cronos à la créature cauchemardesque du Labyrinthe de Pan en passant par Hellboy.

Subjugué par les machines, il en créer de toutes sortes : les robots de Pacific Rim, l’étrange objet moitié insecte-moitié montre, sur lequel est véhiculé le vampire dans Cronos… Sa passion pour les mécanismes horlogers se retrouve aussi dans beaucoup de ces films : l’obsession de la montre chez le personnage de Vidal dans le Labyrinthe de Pan ou tout simplement le personnage de Kroenen dont la vie dépend d’une sorte de montre automatique qu’il convient toujours de remonter.

L’autre singularité de ce grand réalisateur est de tenir tous un tas de carnets dans lesquels il dessine, dissèque et invente toutes les caractéristiques des monstres, créatures et machines qu’il souhaite porter à l’écran, véritable témoignage de son imagination débordante et de sa passion pour les contes fantastiques.

The Shape of Water est impatiemment attendu dans les salles obscures françaises le 21 février 2018, le film ayant déjà remporté un Lion d’or à la Mostra de Venise.

 

2M

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s